Thomas Gaudex

Writer & Editor

Des nouvelles de la Terre

Cher E.T.,

Je pense souvent à toi, et je me demande à quoi ressemble ta vie après toutes ces années.

Parfois j’aimerais que tu reviennes me chercher et que tu m’emmènes avec toi, tu pourrais me faire découvrir ton univers et ceux qui t’entourent. Je suis sûr que mes yeux se mettraient à briller.

Dis-moi petit être, à quoi tu penses quand tu regardes les étoiles ? Tu as des rêves toi aussi ? Est-ce qu’il t’arrive de pleurer certains jours ? Tu as déjà été amoureux ? Et d’ailleurs, tu sais ce que c’est, l’Amour ?

Est-ce que la vie te fait peur parfois ? Tu ne te demandes jamais de quoi sera fait demain ? Il y a des jours où tu y penses, je veux dire, à ton futur ?

Je sais, je te pose plein de questions d’un coup, pardonne-moi. C’est juste que je suis curieux, et puis cela fait longtemps que je n’ai pas eu de tes nouvelles.

J’essaye aussi d’imaginer ce que tu fais de tes journées, et comment est la vie sur ta planète.

Peut-être qu’il y a des océans et des montagnes, des forêts et des lacs. Peut-être que tu as la chance de pouvoir sentir le parfum des fleurs, toi aussi.

J’aimerais bien savoir à quoi tu penses.

Tu sais, je crois que certains d’entre nous ne vont pas dans la bonne direction, je le sens au fond de mon coeur. Et le pire, c’est qu’ils parviennent à entraîner beaucoup de monde avec eux.

Nous sommes si fiers de nos progrès technologiques que nous oublions parfois que sous nos pieds il y a la terre, et qu’au dessus de nos têtes il y a le ciel et les étoiles.

Nous oublions le fait que tout cela n’est pas éternel, et que ce n’est pas en passant toujours plus de temps devant nos écrans que nous améliorerons le sort du monde.

Parfois, l’homme créé des choses qui le dépassent et il semble alors ne plus être en mesure de les contrôler.

Lorsque cela arrive, j’ai le sentiment que l’humanité est en danger et qu’il devient urgent de tirer la sonnette d’alarme avant qu’il ne soit trop tard.

Je sais bien que tout cela t’importe peu de là où tu es, mais je me disais que tu voudrais peut-être savoir ce que l’on devient, nous les humains.


Je lisais l’autre jour sur Wired un article qui évoque les effets que peuvent avoir Facebook et plus généralement les réseaux sociaux sur notre santé mentale.

Selon une récente étude menée par un cabinet de recherche aux Etats-Unis, les interactions sociales que nous entretenons avec nos amis et notre famille sur ces applications pourraient nous plonger dans un état dépressif.

Cette étude a notamment permis de montrer que plus un service propose des fonctionnalités dites « sociales », plus il est susceptible de rendre ses utilisateurs malheureux.

Nous sommes aujourd’hui un peu plus de 7 milliards d’êtres humains sur Terre. Environ 2 milliards de ces mêmes êtres humains se connectent chaque jour à Facebook pour communiquer et échanger tout un tas d’informations.

Tu comprends un peu mieux pourquoi je m’inquiète maintenant ?

L’étude dont je te parle s’est également penchée sur le cas d’Instagram, et voici ce qui en ressort :

Users complained anecdotally that the site feels “inauthentic,” with people building their personal brands and shilling for sponsors.

People building their personal brands and shilling for sponsors.

Je pense qu’il n’est pas nécessaire que je te traduise cette phrase.

Voilà à quoi ressemble le monde dans lequel on vit aujourd’hui. Un monde où les gens sont obsédés par leur image et ressentent le besoin d’exposer leurs moindres faits et gestes dans le but d’obtenir la considération des autres.

Je trouve cela assez desespérant. Ce n’est pas comme ça que je voyais notre futur, à nous les humains.

Fort heureusement, nous sommes de plus en plus nombreux sur Terre à prendre conscience de nos comportements et de la menace que peuvent représenter ces entreprises pour l’avenir de l’humanité.

Je crois qu’il y a encore de l’espoir et qu’il faut se battre, même si cela demande beaucoup d’énergie.

C’est à nous de décider ce que nous voulons laisser aux générations futures.


Si jamais tu décides de revenir sur Terre, je ferai en sorte que personne ne soit au courant de ta venue. Je ne voudrais pas qu’il t’arrive quelque chose, et puis je crois que les humains seraient capables du pire pour obtenir un selfie avec toi.

Je me doute bien que tu ne dois pas comprendre grand chose à ce que je te raconte, mais je prendrai le temps de tout t’expliquer à un autre moment, si tu le veux bien.

Sur l’image au début de mon histoire, il y a un homme et une femme, tu as fais attention ? Vu la position de leurs corps, j’imagine que ce sont des danseurs. Tu ne trouves pas qu’ils sont beaux tous les deux ?

On pourrait aussi dire que ce sont des artistes. Ça te parle un peu, l’art ? Je sais bien que c’est propre à l’humain, mais peut-être que tu t’en fais une petite idée ?

S’il y a bien quelque chose de merveilleux chez nous les humains, c’est que nous sommes des êtres sensibles. Nous sommes capables de réaliser de grandes choses lorsque nous exprimons notre sensibilité.

Aussi, j’essaye de m’accrocher à cette pensée.

Finalement, notre chère planète bleue a peut-être encore de beaux jours devant elle. Peut-être que tu auras envie de la revoir bientôt, qui sait ?

J’espère seulement qu’à ce moment là je serai en mesure de t’accueillir, on aura alors plein de choses à se dire.

En attendant, il faut que je dorme. Prends soin de toi.

Ton ami, l’humain.


Go out and touch hearts, as opposed to touch your screen.

Selfies, Millennials, and Narcissism

About Thomas

Writer. Editor. Dreamer | Editor of Scribe on Medium | I enjoy surfing and watching the ocean.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.