Thomas Gaudex

Writer & Editor

Une histoire de souvenirs

Quelle importance accorder à notre passé ?

L’envie m’est venue un dimanche après-midi. Le soleil brillait dans le ciel et la chaleur était au rendez-vous. Rien de plus normal pour un début de mois d’août. Je suis monté dans ma voiture et j’ai roulé quelques kilomètres, fenêtre ouverte, le regard vide, l’esprit ailleurs.

Je me suis arrêté à l’entrée du village qui m’a vu grandir et j’ai rejoint à pieds ce chemin de traverse que j’ai foulé des milliers de fois quand j’étais plus jeune. J’ai marché de longues minutes, respirant à plein poumons cette odeur si caractéristique qui se dégage des champs de blés tout juste moissonnés.

Un peu plus loin, tout prêt du bois dans lequel j’ai obtenu tous mes titres de champion de France de construction de cabanes (en bois, en paille, en lierre, au sol, en hauteur…), je me suis allongé dans l’herbe, la tête et le coeur plongés dans cette nature qui me rappelle tant de souvenirs de mon enfance.

Les quatre cents coups

Avec mon meilleur ami de l’époque qui m’accompagnait dans toutes mes aventures, nous en avons passé des après-midi dans cette petite forêt. On lui avait même donné un nom à notre terrain de jeu, l’hippo, enréférence à cette forme d’hippopotame que l’on pouvait deviner en regardant de loin la cime des arbres.

Mon fidèle compagnon de l’époque en a coursé des lièvres et des oiseaux à travers les champs alentours. Une énergie débordante. Lui aussi était toujours de la partie pour faire les quatre cents coups.

Ce fut des moments inoubliables. Des instants de vie qui resteront à jamais gravés en moi. Vingt ans après, cette nature n’a pas changé, seul mon corps porte les stigmates des années passées.

C’est comme si c’était hier, et en même temps c’est tellement loin. C’est étrange, plus les années passent et plus j’ai l’impression que l’on a tendance à faire des allers-retours entre le passé et le présent…

Dans le rétroviseur

Je me rends compte à quel point nos souvenirs peuvent remonter rapidement à la surface à certains moments de notre vie. Le passé resurgit, comme si l’on avait fait appel à lui pour trouver des réponses à nos interrogations qui se sont gentiment installées dans un coin de notre tête.

On recherche dans ces petits morceaux d’histoire des indices qui nous permettraient de mieux comprendre la personne que nous sommes devenus.

Mais parfois, à trop vouloir comprendre, on s’égare. A force de s’obstiner à trouver des réponses, on fini par se poser les mauvaises questions.

Le danger est tout proche. Conduire une voiture en passant son temps les yeux rivés sur les rétroviseurs pour savoir ce qui se passe derrière peut vite mener à la catastrophe…

C’est peut-être bien la même chose dans la vie. A trop vouloir regarder en arrière, on finit par ne plus voir les belles choses qui peuvent se présenter à nous et on multiplie les risques de finir dans le mur.

Tout est une question d’équilibre. Car à l’inverse, rester uniquement focalisé sur ce qu’il y a devant sans prendre le temps de regarder de temps en temps en arrière peut aussi s’avérer dangereux.

Créer, c’est se souvenir.

— Victor Hugo

Se libérer l’esprit, créer en faisant appel à notre mémoire et à nos souvenirs. Composer avec le passé pour vivre dans le présent et construire notre futur. La vie est courte, mais elle se construit dans le temps.

Comment pourrions-nous vivre dans ce monde si nous avions pas la possibilité de faire appel aux évènements passés ? Que serait notre vie si nous n’avions pas la possibilité de connaître notre propre histoire ?

Cet après-midi là, je suis allé voir à quoi ressemblaient mes racines. Celles qui m’ont permit de grandir et de devenir l’homme que je suis aujourd’hui.

Même si j’ai ressenti une pointe de nostalgie et de tristesse sur le moment, ces retrouvailles avec mon histoire m’ont fait du bien.

Alors que je cherche à construire mon futur et à aller de l’avant, j’ai choisi l’espace de quelques heures de renouer avec mon passé. Une idée peut-être étrange dirons certains.

J’ai regardé dans le rétroviseur pour me replonger un peu plus dans mon histoire, pour essayer de mieux la comprendre et dessiner ainsi un futur plus en accord avec la personne que je suis réellement.

Aussi, profitons de cette chance que nous avons de pouvoir nous souvenir, et n’ayons pas peur de temps en temps de faire quelques pas en arrière.

Le souvenir est le parfum de l’âme

— George Sand

About Thomas

Writer. Editor. Dreamer | Editor of Scribe on Medium | I enjoy surfing and watching the ocean.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.